Ateliers-musée

Chaque année, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, nous présentons dans notre hangar entièrement rénové un certain nombre de photos et d’outils qui permettent au visiteur de se faire une idée de ce qu’étaient les travaux effectués dans la baie de la Landriais et plus spécifiquement sur le chantier naval: tout ce qu’il fallait pour « radouber », refaire les « bordés », calfater…

Grace à la gentillesse et l’obligeance de Monsieur Marc BONNEL, Président de l’Association Histoire et Patrimoine du Pays de Dinard-Rance-Emeraude, nous avons hérité d’un certain nombre d’outils que nous vous présentons ci-dessous sous forme de diaporama (soyez patient). 

Nous avons aussi reçu en dépôt plusieurs canots traditionnels qui sont maintenant rénovés, certains sont encore en chantier.

Le hangar qui les abrite, loué au chantier naval de la Landriais, a été entièrement rénové en 2022, ce qui nous a permis d’en faire un petit musée où sont rassemblés tous ces souvenirs et de faire de l’ensemble du site (cale sèche, moteur Duvant, ateliers interactifs…) un site en connexion avec le futur musée maritime de St MALO.

Notre ambition est de faire de ce lieu une démonstration des savoirs faire traditionnels de la construction navale en Rance.

Lors de nos manifestations, Michel-Ange JACQUES présentait dans ce même « hangar » ses maquettes, magnifiques répliques de Terre-Neuvas et de différents bâtiments de la région de St Malo et d’ailleurs.

Nous y présenterons aussi la « Charmeuse »

« La Charmeuse » est selon Louis Lacroix (« Les derniers morutiers à Terre Neuve et en Islande »), un trois mâts  goélette de 276 tonneaux (ce qui est déjà important) construit en 1893 à St Malo pour l’armement G. Monnier.  Il comprenait 32 hommes d’équipage.
 Cet armement, qui déchargeait sa pêche à Bordeaux, comprenait aussi  » la Boudeuse », « la Rêveuse » et « la Rieuse ».
Elle fit naufrage le 09 Novembre 1904 au large des sables d’Olonne sur le banc des « Pierres Noires ».

Ouest éclair (ancêtre de Ouest France) rapporte: Dans la nuit de mardi à mercredi le trois mâts « La Charmeuse » de St Malo, chargé de morues pour Bordeaux a échoué sur le rocher des Pierres Noires à l’ouest des Sables d’Olonne. L’équipage a été sauvé, le chargement de morues est intact et a pu être déchargé à basse mer.
 Le 13 décembre après des tentatives de renflouement la tempête a complètement détruit le navire.
Cet évènement marque un tournant important dans la gestion des navires du grand banc. En effet, à l’occasion du procès du capitaine Pincemin, il fût attesté par son second que le capitaine avait été trompé par une modification des feux dans le pertuis breton dont il n’était pas informé. Le tribunal le condamnera cependant à 15 jours de suspension de commandement. 
Cette décision entraina un changement radical dans le recrutement des capitaines des terre neuviers pour s’assurer d’une meilleure expérience. « L’incapacité des commandants de bateaux à voile étant notoire » les armateurs se contentant d’embaucher comme capitaine des marins dont l’expérience au commandement était faible afin de les rémunérer moins cher. En effet, s’ils pouvaient prouver qu’ils étaient dans l’incapacité de trouver un capitaine au long cours ils pouvaient bénéficier d’une dérogation (histoire maritime de Bretagne Nord). Le procès de « la Charmeuse a marqué un tournant important dans le comportement des armateurs. 
C’est ce navire qui servira de modèle dans la série TV bien connue « Entre Terre et Mer » 
Michel Jacques, notre ami aujourd’hui disparu, qui s’était spécialisé dans les maquettes des bateaux de la Rance et de la région de St Malo, en avait effectué la représentation avec un soucis du détail qui faisait l’admiration de ses pairs. Sa veuve Michèle veut bien nous céder ce souvenir auquel elle est très attachée car il est probablement le chef d’oeuvre de son mari qui avait navigué aux bancs de Terre Neuve et nous charmait par ses souvenirs. 
Elle se réjouit qu’en revenant à notre association pour être présentée au public, on rende ainsi hommage à son mari. Pour nous,  il manquait une pièce qui permette d’expliquer à quoi servaient les savoirs faire que nous vous présentons dans nos ateliers à la Landriais. 
Cette maquette est l’aboutissement de nos efforts de valorisation du patrimoine de la construction navale traditionnelle et un outil pédagogique unique.
Votre aide sous forme de don, déductible dans le cadre des dispositifs fiscaux, nous est indispensable pour faire se rencontrer le souvenir et le partage.
Merci de votre aide
L’équipe de l’AABL