Le Mot du Président

C’est un vaisseau fantôme qui sort de l’eau couleur émeraude en ce petit matin brumeux des bords de Rance. Le plongeon d’un cormoran brise la surface huileuse en vaguelettes qui viennent s’étouffer dans la vase.  Les bordés déchiquetés  bavent d’algues humides, les renforts comme les chicots d’un vieux pirate dessinent à peine la carène enfouie dans la gangue. Quel capitaine en perdition a pu échouer ainsi son navire et quelle formidable tempête l’a porté si haut sur l’estran ?

        De bonne heure Guy, Jean, Jean François, Jimmy, Alain, Jérôme, Jean Yves, Jean René, Henry, France, Josette, Annick, Guillemette, Chantal et tant d’autres se sont levés pour faire de cette épave, que les financiers avaient rejetée, la pierre angulaire de la protection de la Baie de la Landriais. L’Inscription  au patrimoine historique de cette construction du génial François Lemarchand, révélée par le professeur Jean Lebot, préservait l’environnement exceptionnel de notre baie des bétonneurs et autres aménageurs. Conservatoire unique  du patrimoine des chantiers navals de la Rance et d’un savoir faire irremplaçable, il fallait un peu d’utopie et beaucoup d’enthousiasme pour restaurer ce vaisseau dans son neuvage. Quatorze années d’efforts, de journées dans la vase, de soirées administratives, de pelleteuse, de goudron et de moments chaleureux ont accouché de cette magnifique et improbable restauration mais mieux encore créé autour de Jean François Hourrière et de France cet esprit entreprenant et disponible de l’équipe et de tous ceux qui y ont participé. Les donateurs de l’association, les fondations et les autorités publiques ont su trouver les ressources nécessaires à la survie de cet ouvrage unique en Europe. Son inauguration par une belle journée d’Août 2008 reste dans nos mémoires un moment exceptionnel et fondateur.

Le vaisseau ne demande plus qu’à naviguer avec ses passagers. Jean François en « me confiant le soin » a probablement pris le risque d’une fortune de mer mais l’équipage est paré pour voguer vers les nouveaux horizons que sont  les berges de notre magnifique et mystérieuse Baie de la Landriais pour la protéger, l’embellir, l’animer dans le soleil couchant qui la couvre de braises.

Sa route reste notre cap.

Jean Charles DEHAYE, Président de l’Association des Amis de la Baie de la Landriais

Le Minihic sur Rance, le 4 Septembre 2014